Partagez|

La malchance me colle à la peau - Cassandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Welcome to Hell
Invité
Invité


MessageSujet: La malchance me colle à la peau - Cassandre Jeu 21 Fév - 10:04




Cassandre & Courtney

« La malchance me colle à la peau »


Minneapolis était notre nouvelle destination. A force de voyage, nous y avons pris gout, enfin je le crois. Drake ne parle pas beaucoup de ce qu’il ressent, un peu comme s’il avait peur de dire ce qu’il pense. Parfois, j’ai l’impression de ne pas connaitre mon propre fils. Mais j’imagine que c’est le lot de toutes les mères du monde. Au début, les mamans sont tous pour leurs fils, jusqu’à ce que ceux-ci grandissent. A partir de six ans, la distance se creuse et généralement, ils se tournent vers le père. Hors, Drake n’en a jamais eu et je crois que tous nos problèmes de communication viennent de là … A bord de la voiture, nous roulions depuis des heures déjà et la fatigue se faisait sentir. La route était si longue, que je ne pensais qu’à une seule chose, nous dégoter un petit restaurant, ainsi qu’un hôtel. La fin de journée était déjà proche, le soleil commençant à se coucher. Sur la banquette arrière, mon fils jouait à la console de jeu et le chat miaulait tout ce qu’il pouvait. Notre voiture n’était qu’un véhicule de location et il me fallait en prendre le plus grand soin, pour espérer retrouver l’argent de caution donné au départ. En jetant un oeil dans le rétroviseur, je pris un air totalement dépité.

« Drake, je t’ai déjà demandé de ne rien donné à manger au chat dans la voiture. »

Je faisait de mon mieux pour me concentrer sur la route, mais mon fils ne loupe jamais une occasion de faire une bêtise. Parfois, les gens s’amusent du célèbre film, et même dessin animé, Denis la Malice. Et bien moi, je l’ai en vrai, il se trouve justement à l’arrière de la voiture. Bien sûr, ma réprimande ne servit à rien et à la place, il me rappela alors que son chat avait un nom.

« Je sais … Satanas … d’ailleurs, tu ne pouvais vraiment pas lui trouver un autre nom que ça ? »

Drake était tombé pour ce chat, alors que celui-ci était rejeté par sa mère. Une petite boule de poils toute noir, mais qui visiblement devait être trop faible pour pouvoir continuer à vivre. J’avais cédé pourtant, me disant que mon fils devait grandir et voir que la vie n’était pas toute rose. Voilà maintenant deux ans que le chat est avec nous, en pleine santé et débordant d’énergie pour ne pas louper une seule bêtise non plus. Mais je n’ai jamais compris d’où Drake tient sa passion pour tout ce qui est morbide. Il semble si fasciné par tout ce qui tourne autour des Démons, du Diable aussi, que j’en viens à me poser des questions. Serait-ce toutes mes erreurs de jeunesse qui ont tendance à lui déteindre dessus ? J’espérais que ça ne soit pas le cas et je tournais bien souvent la page en me disant qu’après tout, les enfants doivent tous passer par cette phase.

Nous venions de quitter la route trois cent quatre-vingt quatorze et la ville se dressait déjà devant nous. J’ignorais quelle destination prendre, mais dans une si grande métropole, il ne devait pas être bien difficile de trouver un hôtel pour une nuit. Face à la fatigue de Drake, qui s’endormait sur la banquette arrière, j’oubliais mon envie de restaurant et m’arrêtais dans le premier hôtel. Sans le réveiller, je pris soin d’aller à l’intérieur pour voir s’il restait des chambres. Jour de chance, ou soir de chance plutôt, nous écopions de la dernière. J’empressais d’aller réveiller mon fils et nous montions là où nous passerions notre première nuit dans cette grande ville. Evidemment, je n’avais pas mon mot à dire, Drake avait réussi à emmener son chat. Nos estomacs réclamaient leurs pitances et je me devais de trouver une épicerie.

« Drake, tu m’attends bien gentiment ici et pas de bêtises surtout. Tu m’as bien compris ? »

Avec lui, il faut être ferme et réfléchir à tout ce qu’il serait capable de faire. Même si parfois, il en invente des complètements sur-réalistes. Clés en main, j’étais redescendue, mais cette fois-ci c’est en marchant que je m’aventurais dans les rues. C’était bien plus pratique que de devoir trouver une place de stationnement en plein milieu du passage. Je longeais le grand boulevard Bottineau, à la recherche d’un truc à se mettre sous la dent. Je ne mis pas longtemps avant de me retrouver dans le centre de la ville. La faim commençait à se faire sentir. Dans ce cas, il me semblerait que je n’étais pas la seule, puisque sans que je n’eue le temps de dire ouf, un espèce de cinglé venait de me coller au mur. J’aurais juré qu’il avait tenté de me mordre. Si je n’avais pas été une Sorcière, sûrement que je n’aurais pas réussi à m’en tirer. Usant de ma télékinésie pour l’envoyer voler sur la route, je me rappelais de ce fameux virus qui transformait les gens. Evidemment, ils n’y sont pour rien les pauvres, mais je n’ai pas non plus envie de me faire trucider sans rien dire.

Le temps que je réalise ce qu’il se passait, mon agresseur n’était déjà plus sur la route. Dans l’obscurité, il m’était difficile de l’apercevoir, sauf quand il me sauta à nouveau dessus et me maintenant une main sur la gorge. Je tentais de me défaire de cette emprise, mais c’était quasiment impossible. Une poubelle se trouvait nous loin et je pus à moitié l’assommer en la lui envoyant sur lui. Me redressant, tout en me tenant au mur, je passais une de mes mains sur mon cou encore douloureux, cherchant du regard une éventuelle arme qui pourrait m’aider à le neutraliser, voir même le tuer.


fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Welcome to Hell
Cassandre A. Donovan



✘ Messages : 56
✘ Age : 34
✘ Where are you ? : Minneapolis
✘ Your Job : Biologiste
✘ Clan : Neutres
✘ Moods : Triste
✘ Puissance : 312


Journal de bord
▌My Links:
▌My Huntings:
▌Combativité :
0/1000  (0/1000)
MessageSujet: Re: La malchance me colle à la peau - Cassandre Lun 15 Avr - 18:50



✖Courtney & Cassandre✖
« La malchance me colle à la peau. »

La brunette courait à perdre haleine, elle devait retrouver Harrison qui s’était retourné contre elle. Tout avait bien commencé pourtant, il lui semblait retrouver l’homme dont elle était tombée amoureuse mais peu à peu, le jeune homme s’était à nouveau transformer en cette créature immonde à cause de ce virus qui l’avait contaminé. C’était le drame de sa vie, le fait d’avoir perdu l’homme qu’elle aimait et plus encore, son fils était la pire chose qui pouvait arriver à la pauvre Cassandre. Pourtant, elle avait refusé d’en arriver à se faire transformer aussi et, elle avait dû lutter pour ne pas abandonner sa vie. Son fils l’avait suppliée plusieurs fois de le laisser la mordre pour qu’ils soient à nouveau une famille, elle avait plusieurs fois vu Harrison la supplier de se laisser faire. Et le jour où elle les avait vu transformer, elle avait failli se laisser faire mais quelqu’un était venu à son secours. Si ce gars n’était pas arrivé, elle serait certainement avec son fils et son mari mais à présent, elle avait retrouvé un peu d’espoir et en tant que très bonne biologiste, elle espérait trouver un vaccin à ce virus. Comme pour les virus humains, il devait bien y avoir un remède contre ce virus. Bien sûr, elle partait de rien parce qu’elle ne connaissait rien au monde surnaturel mais cela ne l’empêchait pas de chercher et de se renseigner. Elle avait entendu parler d’un homme qui était immunisé contre ce virus et elle s’était promis de prendre contact avec lui pour avoir un échantillon de son sang pour l’étudier. Mais, en attendant, elle essayait de trouver une façon plus mystique de trouver ce virus, de mélanger des éléments chimiques à des éléments magiques tout en étudiant ce virus dangereux. Dans son sous-sol, la belle Cassie avait des échantillons de sang de certains croatoans qu’elle avait récupéré – parfois au péril de sa vie, parfois à l’aide de ses deux sœurs et de son beau-frère – et elle les étudiait, espérant pouvoir trouver une solution à toute cette histoire. C’était la seule raison qui lui restait de vivre, son seul espoir, pouvoir retrouver son fils et son mari comme ils étaient avant. Se faire transformer à son tour ne voulait pas dire qu’elle les retrouverait, ils n’étaient plus que des bêtes.

En voyant cette pauvre jeune femme face au mur avec Harrison tentant de la mordre, elle ne doutait plus qu’il n’était qu’un monstre et qu’il n’était plus celui qu’elle avait aimé. C’était au centre-ville qu’elle avait retrouvé l’homme qu’elle aimait, de loin, elle le vit s’attaquer à une pauvre femme qui sembla surprise sur le moment. Néanmoins, il ne lui fallut pas longtemps à la jeune femme pour l’envoyer valser sur la route. La brunette plaqua sa main sur sa bouche, consciente qu’elle venait certainement de casser une cote ou l’autre à l’homme qu’elle aimait. S’il n’était qu’un animal et qu’il ne ressentait pas forcément la douleur en tant que croatoan, quand elle trouverait le vaccin et l’appliquerait à son mari, il ressentirait toutes les plaies. Qui était cette jeune femme pour avoir une telle force ? Une autre croatoan ou un démon ? Peu probable, les croatoans ne s’attaquaient qu’aux humains. Une créature magique, c’était certain, elle n’était pas humaine mais pas forcément mauvaise non plus. Le plus crédible serait une sorcière qui restait humaine… Très rapidement, Harry se releva et se rua sur sa proie qui ne le vit pas venir. De loin, Cassandre était pétrifiée mais elle savait qu’elle devait agir, pour le bien de la jeune femme et pour le bien de son mari… Cassie accourut près d’eux tandis que la jeune femme tentait de se débattre mais sans y arriver avant qu’elle ne l’assomme avec une poubelle. Elle se redressa, porta la main à son cou avant de regarder partout dans la rue comme si elle cherchait quelque chose. Une arme peut-être…

« Ne faites pas ça ! Ne le tuez pas ! »

Supplia la jeune femme, le regard triste, comprenant que la situation était critique. Est-ce que cette jeune femme le laisserait partir sans rien dire, au risque qu’il s’attaque à quelqu’un d’autre ? C’était peu probable mais Cassie ne pouvait regarder plus longtemps cette scène où Harrison ou la jeune femme risquait de mourir. Que ce soit l’un ou l’autre qui gagne, cela l’attristerait ou la culpabiliserait… Sans que l’inconnue ait le temps de répondre, Harrison comprit qui était arrivée et avec un regard apeuré d’un animal traqué et prit en faute, le croatoan s’enfuit… Ce geste soulagea quelque peu Cassandre mais elle ne pouvait plus se permettre de courir après lui, l’inconnue voudrait des réponses, elle en était certaine.

code by shiya.



UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La malchance me colle à la peau - Cassandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lucifer Rising :: 
Centre-ville
-