AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

"Promenons-nous dans les bois..." - With Haven & Michael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Welcome to Hell
Invité
Invité


MessageSujet: "Promenons-nous dans les bois..." - With Haven & Michael Jeu 9 Fév - 10:31

Il déambulait dans un bois en périphérie de Salem afin de se familiariser avec l’endroit. Tout bon général savait qu’après « connais ton ennemi », « connais le terrain » est le meilleur conseil à suivre. Salem avait bien changé. Dans ce coin de la ville, les maisons étaient plus espacées et le vampire pouvait échapper un temps à l’assaut continuel des battements de cœur des humains, à l’attraction qu’exerçaient sur lui ces sacs d’hémoglobine sur pattes.

Quelques heures plus tôt, Michael avait trouvé un SDF imprudent, trop heureux de venir se réchauffer dans sa demeure, et ce dernier lui avait procuré un repas copieux malgré son arrière-goût de nicotine et d’alcool. La carcasse était maintenant au frais dans un congélateur de la maison. Il s’en débarrasserait plus tard ; ce soir, il avait envie de se promener. Le soleil était couché depuis près d’une heure quand il quitta son repaire. Il s’était vêtu d’un jean noir et d’un sweatshirt anthracite et avait chaussé des bottines de marche. Rien de mieux pour rester discret, observer sans être vu. De plus, cette tenue était extrêmement confortable. Il savourait le plaisir de la marche, aucun nuage pour venir voiler la face presque pleine de la lune, même un humain aurait pu se promener sans tomber tous les trois pas. Enfin, en principe, parce que les ronces jonchant le sol constituaient autant de pièges pour les imprudents, et certains arbres n’étaient pas aussi innocents qu’ils semblaient l’être. Pour preuve ; à sa gauche se dressait un bosquet de sumacs, ces parents allergisant du chêne commun. Mais il savait les reconnaître; et les animaux, du coyote au couguar en passant par les serpents, préféraient éviter de le croiser. Sage décision. Encore qu’une petite bagarre de temps en temps, ça permettait de maintenir la forme et de briser la monotonie. La bagarre, il l’aurait si les sorciers de Salem découvraient sa vraie nature. Il en venait presque à la souhaiter. Tout finir en un bain de sang. Ce pourrait être amusant. Mais il lui faudrait alors quitter l’endroit au plus vite, s’il voulait préserver son identité. Ses yeux percevaient la moindre parcelle de lumière et l’amplifiaient jusqu’à rendre la nuit aussi claire que le jour. Il marchait d’un pas nonchalant et profitait de la fraîcheur du soir pour se dégourdir les jambes avant de commencer sa nuit. Les bruits de la ville avaient beaucoup changé depuis toutes ces années et la forêt semblait d’autant plus calme par contraste. Même s’il pouvait toujours entendre au loin les voitures qui circulaient dans le centre-ville.

Il retrouvait les bois avec un plaisir évident. Eux étaient déjà présents lors de sa première visite, et ils semblaient accueillir son retour, courbant leurs branches en guise de salut. Il marchait ainsi depuis une demi-heure quand il perçut un léger bruit, tic, tic, tic. Il s’arrêta et se tint immobile, comme seul un prédateur à l’affut peut le faire. Il tendit l’oreille plus attentivement, le bruit se fit plus précis, quelque part sur la droite. Un cliquetis de griffes sur des branches, à environ cinquante mètres. Non, deux cliquetis différents. Et cette odeur ? Quelque chose avait dû mourir dans le coin. Mais où était le battement de cœur des créatures dont il entendait les pas ? Il s’approcha prudemment, le plus silencieusement possible. L’odeur s’amplifiait, mais pas d’autre bruits que les pattes. Ah, si ! Un battement de cœur mais quelque chose clochait. Le volume des pas et du cœur étaient différents, l’odeur de pourriture trop intense. Il s’approcha plus avant, les crocs sortis, prêt à attaquer ou à se défendre, et découvrit un chien noir, les yeux morts et les entrailles qui pendaient de son abdomen qui se dirigeait vers lui. L’animal ne respirait ni ne semblait savoir où il allait. A sa suite, un faon, probablement mort-né, tentait tant bien que mal de rester sur ses pattes. En y regardant de plus près, il lui manquait un antérieur et des vers dérangés dans leur repas grouillaient de ses nasaux, de ses oreilles et de ce qu’il restait de ses yeux. Il se passait des choses décidément très étranges dans cet endroit. Il respira un grand coup, essayant de filtrer les effluves. La mort et la pourriture prédominaient, rendant quasiment indéchiffrable les autres odeurs. Il n’avait plus senti ça depuis les camps de concentration, une odeur de mort si poignante qu’elle en semblait presque vivante. Sa surprise passée, il se concentra sur le bruit du cœur qu’il entendait toujours, ce cœur qui battait la chamade. Pas étonnant si son propriétaire avait vu ce cirque. Mais alors, où étaient les cris d’hystérie qui accompagnent en général ce genre de démonstration ?

Il s’avança en direction des battements, prenant soin de rester sous le vent et de contourner les animaux morts ; peut-être celui qui les animait avait-il le pouvoir de voir à travers leurs yeux-ce qu’il en restait. Il ne se souvenait pas d’avoir vu un sorcier avec de tels pouvoirs lors de son dernier séjour ici, il avait eu la tête ailleurs et en ce temps-là seule comptait une petite sorcière blonde aux yeux rieurs. Mais ce temps était révolu. Il secoua la tête, chassant ainsi l’image de la sorcière pour se concentrer sur le présent. Il s’approcha jusqu’à voir une jeune femme rousse qui regardait les animaux morts-vivants d’un air étrange. Trop calme. Peut-être était-ce elle la cause de cette balade funèbre. Il la contourna sans bruit de manière à l’aborder par le côté opposé à la direction dans laquelle étaient partis les cadavres. Quand il se trouva à une dizaine de mètres de distance, il rétracta ses crocs, puis marcha délibérément sur des branches pour la prévenir de son arrivée en continuant de s'approcher. De toute façon, si elle se mettait à fuir, il était capable de la rattraper sans effort. Il attendit qu’elle se retourne pour lui lancer :

« Bonsoir Mademoiselle, belle nuit pour une promenade, n’est-ce pas ? Mais vous devriez faire attention, la nuit, les prédateurs rôdent. Les couguars ont pour habitude de se percher dans un arbre, d’attendre une proie et de se jeter sur son dos avant de l’étouffer. »

Il accompagna sa phrase d'un léger sourire qu'il espérait rassurant sans être certain d'y parvenir vraiment. "Rassurant" n'était pas un mot habituellement utilisé pour le décrire. Peut-être arriverait-il à obtenir des indices sur d'autres sorciers de la ville en interrogeant cette rouquine.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Welcome to Hell
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Promenons-nous dans les bois..." - With Haven & Michael Dim 4 Mar - 22:25

Haven se leva ce matin avec l'envie de tester ses pouvoirs. Bien sûr qu'elle ne les contrôlait pas encore assez bien. Mais elle voulait s'entraîner et elle attendrait le soir pour pouvoir aller en forêt pour que personne ne puisse la voir. Mais ce matin ... elle devait aller bosser ! Être gérante d'une boutique de livre n'était pas facile tous les jours, elle devait concurrencer chaque jours avec les grandes boutiques des centres commerciaux et ça qu'est-ce qu'elle en avait assez ! Haven adorait cette petite boutique, elle n'avait évidement rien à envier aux grandes marques et pourtant rares étaient les clients. Bien sûr il y avait toujours des gens qui venaient pour l'authenticité des livres qu'elle vendait, parce qu'il lui arrivait de vendre de très vieux bouquins dont certaines personnes n'en n'aurait même pas envie. Aujourd'hui était encore une journée qu'elle allait passer à lire un des nombreux bouquins de sa boutique en attendant la fermeture.

Ce fût un miracle puisqu'elle eu droit à deux clients ! Ils venaient de faire son chiffre d'affaire de la journée. Haven quitta la boutique à l'heure de la fermeture après avoir pris soin de faire l'inventaire et d'avoir bien tout fermé. La rouquine rentra rapidement chez son oncle et fonça prendre une douche avant de se trouver des vêtements qu'elle pourrait abîmer lorsqu'elle sortirait ce soir dans la forêt. Oh bien sûr elle avait à présent des tas de vêtements qu'elle ne pourrait plus porter quand elle sortirait à cause de toutes ces ballades en forêt et de tous ces réveils d'animaux morts. Son oncle lui avait dit qu'un jour elle arriverait à contrôler ses pouvoirs puisqu'il y était arrivé mais ce n'était pas encore l'instant. Lui qui y était arrivé seul proposa tout de même son aide à sa nièce pour l'aider à maîtriser ce don dont on a pas toujours envie. C'est ainsi qu'elle s'entraînait régulièrement à ses côtés et que tous les soirs elle réveillait maintenant des cadavres sans parfois s'en rendre compte. Ce soir elle devait y arriver, elle devait se contrôler ! La jeune femme sorti par le jardin de la maison familiale et se dirigea vers la forêt. Il faisait clair et plutôt bon, elle ne voulait cependant pas qu'il se trouve quelqu'un dans cette forêt voulant faire une petite balade nocturne comme elle ! Plongeant de plus en plus au coeur de la forêt, elle suivit une petite odeur de décomposition montrant qu'il y avait un animal mort dans les parages. Elle se concentra, ferma les yeux et imagina l'animal mort, ne sachant pas ce que c'était elle s'imagina un pauvre chat dévoré par ... elle fît sortir cette image de sa tête. Non elle n'était pas prête à pouvoir imaginer des choses horrible dans son subconscient.

Elle préféra laisser tomber pour ce soir, elle y arriverait mais pas toute seule. Elle se retourna pour retrouver le chemin de la maison et avança d'un pas. Jusqu'à ce qu'elle entende un bruit. Oh pas un bruit humain, quelque chose de plus surnaturel que ça. Un bruit venant des buissons la fit se retourner. Des bruits inhumains. Des cadavres s'avançaient en dehors de ces buissons. Haven se mit à paniquer en voyant ce qu'elle venait à nouveau de faire ! Réveiller les âmes pour les faire passer à nouveau dans leur corps décomposés ... Bien sûr elle commençait à s'habituer à ce pouvoir mais pas comme il le faudrait pour pouvoir contrôler ses pouvoirs. C'était à présent la dixième fois depuis son arrivée à Salem qu'elle réveillait des cadavres d'animaux. Une seule fois elle avait réveillé un cadavre humain et elle avait failli ne pas réussir à s'en débarrasser.

Haven « Non, non, non, non. C'est pas vrai ! »

Son coeur se mit à battre de plus en plus vite. Les "monstres" s'approchaient d'elle. Il ne s'agissait que d'un chien noir, le corps de ce dernier était quasiment décomposé, les boyaux de l'animal pendaient et touchaient le sol. Un plus petit animal de corpulence se trouvait à côté de lui, un faon. Lui aussi était également décomposé de toute part. Une patte où l'on voyait les os et d'autres morceaux de chairs, et de petites choses tombaient de son corps. Haven comprit que c'était des vers tombant du visage de l'animal. L'odeur parvint aux narines de la rouquine et cette dernière ne put réprimer l'envie de vomir. Cette odeur de pourriture dégagée par les deux cadavres à présent debout de ces animaux avait tendance à dégouter la jeune femme. Elle savait très bien qu'elle ne s'habituerait jamais à ça. Quoiqu'il ai pu lui arriver à chaque fois qu'elle réveillait un cadavre l'odeur venait avec, et bien sûr une odeur horrible traversait l'air pour arriver jusqu'au nez de la demoiselle.

Michael « Bonsoir Mademoiselle, belle nuit pour une promenade, n’est-ce pas ? Mais vous devriez faire attention, la nuit, les prédateurs rôdent. Les couguars ont pour habitude de se percher dans un arbre, d’attendre une proie et de se jeter sur son dos avant de l’étouffer. »

Elle se retourna vivement ! Elle ne pensait pas qu'elle serait accompagnée dans cette forêt et bien sûr elle ne l'avait pas entendu arrivé ! Et si cette personne avait vu ce qu'elle venait de faire ? Et si ce n'était pas qu'une simple personne ? Haven ne s'en inquiéta pas plus que ça et répondit gentiment au jeune homme auquel elle faisait à présent face. Elle n'avait qu'une envie : le remballer vite fait bien fait pour qu'elle puisse renvoyer les deux âmes de ces animaux au paradis ... enfin s'il y avait un paradis !

Haven « Ha ! Vous m'avez fichu une de ces trouilles ! Hum ... je sais me battre, c'est pas ça qui va m'empêcher de me promener dans la forêt vous savez ! Et puis qui me dis que vous n'allez pas m'agressez vous aussi ? » dit-elle en souriant.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Welcome to Hell
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Promenons-nous dans les bois..." - With Haven & Michael Lun 12 Mar - 16:28

"Et puis qui me dis que vous n'allez pas m'agressez vous aussi ? "

Michael prit un air innocent. "Rien ni personne, c’est vrai. Mais je n’agresse que rarement les jeunes femmes seules dans les bois à cette heure de la nuit. Je les préfère en petite tenue, un verre de bon vin à la main et mon lit à proximité." Il accompagna sa remarque d’un léger rire. Il l’observa un instant la tête penchée légèrement sur le côté, et la détailla des pieds à la tête. Elle était mignonne, dans son genre. Un peu farouche, mais sûre d’elle. Elle aurait pu s’habiller plus élégamment, mais il ne pouvait que la féliciter de la praticité de sa tenue compte tenu de leur environnement. Des hauts talons et une minijupe en forêt, ce n’est pas l’idéal. Peut-être devrait-il l’inviter prendre un verre. Ou bien continuer la promenade et voir sa réaction suite à la rencontre avec les animaux pour confirmer son statut de sorcière. Ou encore l’escorter galamment chez elle, pourquoi pas. Ces options défilaient dans sa tête, il réfléchit à la meilleure option à adopter.

"Je ne vais pas vous importuner plus longtemps. La bonne nuit!" Dit-il en esquissant un léger salut et en inspirant pour se souvenir de son odeur dans le futur. Nombreux sont ceux qui sous-estiment l’odorat des surnaturels. Pour lui c’était devenu un sens aussi utile que la vue ou le toucher. Cela dit, il se dirigea d’un pas souple et sûr dans la direction dans laquelle les animaux morts s’étaient évanouis. Si elle était la créatrice de ce fait, elle tenterait certainement de l’empêcher de les rencontrer. Et si ce n’était pas le cas, il pourrait toujours revenir en arrière, effrayé, et lui raconter ce qu’il avait aperçu plus tôt. Après un choc de ce genre, il serait facile de la manipuler. La nuit ne serait pas aussi calme qu’il l’avait tout d’abord pensé. Il tenta de calmer l’excitation de la chasse qui montait en lui et faisait ressortir ses crocs, et se concentra tant bien que mal sur une attitude et une allure humaine, ce qui était loin d’être facile, cela faisait trop longtemps qu’il était devenu un vampire pour se souvenir de ce que l’on peut ressentir en tant que mortel. Il esquivait sans difficulté les branches et les ronces qui parsemaient le sol de la forêt. Peut-être un peu trop bien. Mais il n’avait pas l’intention de salir ses vêtements après une chute feinte pour cause de manque de visibilité. On peut être immortel et aimer la propreté, tout de même. Il espérait qu’elle porte plus d’attention à sa direction qu’à ses mouvements. Et puis, s’il y avait un pépin, il pourrait toujours se débarrasser d’elle, les forêts sont vastes et les charognards nombreux. De plus, il l’avait prévenue, des prédateurs rôdent, la nuit. Il sourit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Welcome to Hell
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Promenons-nous dans les bois..." - With Haven & Michael Ven 4 Mai - 0:01

Michael « Rien ni personne, c’est vrai. Mais je n’agresse que rarement les jeunes femmes seules dans les bois à cette heure de la nuit. Je les préfère en petite tenue, un verre de bon vin à la main et mon lit à proximité. »

L'homme émit un petit rire qui étonna Haven. Elle commença à se poser des questions sur le jeune homme, d'ailleurs que pouvait-il bien faire à une heure pareil dans la forêt ? Il pouvait également se poser la même question la concernant. Elle n'espérait qu'une chose : qu'il ne tombe pas sur les animaux en lambeaux ... si jamais c'était le cas ... au secours ! Elle réfléchissait déjà à ce qu'elle pourrait lui dire s'il tombait sur ces bêtes.

Michael « Je ne vais pas vous importuner plus longtemps. La bonne nuit ! »

Il l'a sorti de ses pensées, et la salua brièvement avant de prendre le mauvais chemin. Haven se mit dès lors à paniquer sans pour autant le montrer, son coeur se mit à battre la chamade au point qu'elle se demandait s'il n'allait pas sortir pour arrêter de lui-même le jeune homme. La rouquine esquissa un pas pour l'arrêter mais son pied se stoppa net ... et s'il revenait vers elle en lui ordonnant de courir hors de cette forêt ? Après là il ne pourrait pas se douter que c'était elle qui venait de faire ça. Haven se maudit intérieurement, elle aurait du prendre de plus amples précautions. Si elle l'avait fait elle n'aurait peut-être pas rencontré ce jeune homme, et elle n'aurait pas les futurs ennuis qui risqueraient de lui arriver d'ici peu. La rouquine commença à se demander comment il réagirait, ce qui risquerait de lui arriver, et surtout comment la rencontre entre les bestiaux et le jeune homme risquerait de finir. Elle serait évidement étonnée de voir un homme courir, flippant et criant à tout rompre, mais en même temps comment réagir face à des bestioles pareilles ? Elle laissa donc filer le jeune homme de son côté, et elle attendit patiemment.

Haven « Ho et puis zut ! »

Elle marcha à la suite du jeune homme et rapidement pour tenter de le rattraper avant qu'il ne rencontre les fruits de son expérience. La jeune nécromancienne ne pouvait pas se permettre qu'il soit blessé ou qu'il fasse une crise cardiaque face à ces animaux. Elle suivit le même chemin que le jeune homme venait d'emprunter et elle se demanda s'il n'avait pas filé comme une flèche ou si elle avait mis plus de temps à réfléchir qu'autre chose parce qu'il avait bel et bien disparu de son champ de vision. Et si il venait de se faire attaquer par les animaux ... Le doute s'empara de la rouquine et elle attendit quelques secondes avant de crier après lui.

Haven « Hé hooo ? Vous êtes toujours là ? J'voulais vous dire quelque chose, en fait y a des trucs bizarres du côtés où vous venez de vous enfuir et faudrait pas que vous soyez blessé ... »

Elle cria dans le vent, et espérait que la pire chose ne soit pas arrivée. En même temps elle aurait du le retenir bien plus tôt, avant qu'il ne décide de filer à l'anglaise et sous son nez. Haven se décida alors de retourner sur ses pas et de renter chez son oncle. Après tout elle n'y pourrait rien s'il était arrivé quelque chose au jeune homme, il était parti de son plein gré et de ce côté-là.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Welcome to Hell
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Promenons-nous dans les bois..." - With Haven & Michael Dim 15 Juil - 12:55

Sujet archivé - Suppression d'un membre
Revenir en haut Aller en bas


Welcome to Hell
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Promenons-nous dans les bois..." - With Haven & Michael

Revenir en haut Aller en bas

"Promenons-nous dans les bois..." - With Haven & Michael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lucifer Rising :: 
Topics abandonnés
-